Avec le contrôle de performance, mon élevage évolue pour être rentable.

Parole d’éleveur : SCEA la Coumelle chez M. Gillet Frédéric à Sapogne et Feuchères

L’objectif de M. Gillet était de rendre son troupeau allaitant rentable sur son exploitation. Pour cela, il y a 3 ans il a choisi de vendre la totalité de son troupeau en place car les résultats n’étaient pas satisfaisants. Il a alors décidé d’investir dans des génisses et des vaches issues de troupeaux inscrits au Herdbook Limousin et de commencer le contrôle de performances avec Ardennes Conseil Elevage.

Avec mon conseiller Bovins Croissance (Gilbert Maillard puis Quentin Garot) nous réalisons la pesée des veaux trois à quatre fois par an, en bâtiment. A l’œil, on remarque les veaux qui poussent moins bien, mais avec la pesée je me rends compte que les écarts peuvent être très importants. D’ailleurs, l’hiver dernier, j’ai eu une pesée qui était moins bonne, je n’avais pas détecté la présence de coccidiose car les veaux n’avait pas développé de symptômes. Sans cette pesée je n’aurai pas traité mes veaux et je n’aurai pas eu les performances souhaitées. Pour les femelles, je réalise la pesée en post-sevrage à la rentrée de pâture et une fois dans l’hiver pour contrôler la ration. Cela me permet de faire vêler à 30 mois, les croissances des veaux de génisses sont très bonnes avec un GMQ de 1357 g.

Evolution des Poids Ages Types à 210 jours (en kg)

 

2013

2014

2015

Groupe

Mâles

259

321

307

294

Femelles

210

286

275

271

 

Le contrôle de performances et le conseil apporté par mon conseiller m’a permis d’évoluer énormément dans mon système de complémentation des veaux. Avant les concentrés étaient distribués à volonté jusqu’à la vente des broutards, aujourd’hui je rationne ou je corrige en fonction des résultats de pesée. L’aliment aussi a changé, j’utilisais des concentrés complets du commerce pour complémenter mes veaux. Depuis 3 ans, j’essaye d’être plus autonome en utilisant les céréales et les pois produits sur l’exploitation et je commence à diversifier les fourrages qui composent la ration hivernale du troupeau. Je ne rachète plus que de la brisure de maïs au lieu d’aplatir mon blé. Grâce à ce travail commun, j’arrive maintenant à gagner 2 mois sur la vente de mes broutards.

Au niveau génétique et reproduction mes objectifs sont d’avoir des animaux de grand gabarit, la finesse d’os, et la viande. Par la suite je souhaite également travailler le gène sans corne sur mon exploitation. Ce point est plus difficile à gérer sur mon exploitation du fait du taux de renouvellement important (50%) dû à l’achat récent du troupeau. Mais en s’appuyant sur le Bilan Génétique Troupeau Allaitant (BGTA) et les données de pointage je suis plus précis dans le choix des reproducteurs. Je travaille sur la génétique avec plusieurs techniciens : Ardennes Conseil Elevage, le Herdbook et le Syndicats Limousin du Nord-Est. Avec ces documents, nous avons les mêmes bases de travail.

Afin de mesurer plus précisément la rentabilité de mon troupeau, nous commençons à travailler sur le technico-économique avec Quentin. Cependant, rien qu’avec les deux mois de présence en moins par broutards et l’évolution des poids de carcasse de mes réformes, bovins croissance est rentable sur mon exploitation. 

Exploitation :

Troupeau allaitant :

25 vaches allaitantes Limousines

Production : Broutards

Reproduction : Taureaux de sélection et IA

SAU : 120 ha

                STH : 27 ha

                Cultures de ventes : 89 ha

                Méteil (avoine/trèfle) : 2 ha

                Mélange trèfle-ray gras : 2 ha

Amélie Bernard



Accueil » Avec le contrôle de performance, mon élevage évolue pour être rentable.